Action TSAF - Alcoolisation foetale

Témoignage TCAF : histoire d'une vie

@Action TSAF 

Logo-TSAF.jpg

 

 

« Les parents ont mangé des raisins verts

et les dents des enfants ont été agacées »

 

 

 

Varsovie. Mai 1987 :

 

Nous devenons les parents d’un bébé de 4 mois, dont nous ne savions rien, si ce n’est que sa mère biologique avait 17 ans.

  

Les premières années se passent bien. C’est à partir du CE2 que les problèmes apparaissent :

Refus d’apprendre, oppositions, provocations, mensonges, colères, violence… Son pouvoir de séduction est impressionnant. Une psychiatre dira de lui : « il charmerait un réverbère ».

 

Il ment, il ment, il ment. Tout le monde croit ses fables. Nous perdons des amis. Il crée des conflits partout. Son père, gravement malade ne le supporte plus. En 2001, nous divorçons.

  

Un psychologue mettra en évidence une précocité intellectuelle, mais ne voit pas les troubles d’apprentissage. Je les ai vus, c’est mon métier. Je suis orthophoniste.

  

La scolarité est un enfer. Trois classes de 6ème la même année, hospitalisation, puis déscolarisation jusqu’en 4ème… J’assure tout toute seule. En 3ème il faudra 2 collèges pour qu’il termine l’année.

 

Il a 15 ans quand son père décède. Il hérite. Il est riche. Il attendra d’avoir 17 ans pour fuguer avec une de ses nombreuses fiancées. C’est le début des vols, de la violence, des gardes à vue, des achats compulsifs… Il conduit sans permis, fait des dettes. Les commerçants portent plainte. Il répond, qu’il s’en moque, car il appartient au GIGN. Il s’invente des vies, n’a aucune conscience des conséquences de ses actes.

 

J’écrirai à plusieurs procureurs, qui ne me répondront jamais. Je supplie qu’on le protège, lui et ses biens, car je sais qu’il dilapidera tout. Je suis seule, face à la folie d’un seul, sans aucune aide, ni aucun soutien. Il ne faut pas avoir peur des mots.

  

Il se marie à 18 ans. Sa femme (sous Rivotril), le manipule. Elle participe allégrement à vider ses comptes et quand il découvrira, qu’elle a commandé une Mercedes, sans le lui dire, sa réaction sera violente.  Il la frappera et se fera condamner à une peine de prison avec sursis, une obligation de soins, une mise sous curatelle renforcée, pour prodigalité.Ils divorcerons.

 

Notre médecin de famille avait fait 3 demandes d’HDT (hospitalisation à la demande d’un tiers).  Elles ont toutes été refusées.

 

Il enchaîne les histoires d’amour : Il se plaint de la mère monstrueuse que je suis ; dis que Je l’ai battu, volé, que je suis folle et que je vais aller en prison. Bien évidemment, il ne dit à personne, qu’il a saccagé la maison où nous habitions et que j’ai dû me réfugier dans mon cabinet, où il a menacé de me tuer.

 

J’ai tout entendu au sujet de ses « problèmes » : borderline, bipolaire, pervers narcissique, troubles de l’attachement, manipulateur… Je sais une chose douloureuse à accepter : il n’a aucun sentiment. Les gens sont des objets, dont il se sert. Il charme, utilise et jette. Il est faible, immature, mais son 1,90 m et ses grands yeux bleus séduisent. Il se sert de l’adoption pour se faire plaindre. Et ça marche !

 

La justice, la police, les médecins, il trompe tout le monde.  Je le fais tester et retester. Je suis sûre que les bilans passent à côté de ses difficultés. Il faudra que j’aie la chance de rencontrer une formidable neuropsychologue, pour qu’enfin, ses difficultés soient écrites noir sur blanc. Ce sont celles que l’on retrouve dans les TCAF (troubles causés par l’alcoolisation fœtale).

  

J’ai découvert les TCAF, il y a relativement peu de temps. Ce que je sais, c’est que le profil de mon fils est celui d’un psychopathe, que je dois m’en éloigner et ne rien espérer.

 

À 16 ans, il a été hospitalisé en psychiatrie, pour coups et menaces de mort. Le psychiatre qui s’est occupé de lui, souhaitait qu’il passe un pet-scan à l’hôpital d’Orsay. Soupçonnait-il déjà un problème d’alcoolisation fœtale ? Malheureusement, à cette époque, pour faire cet examen, il fallait être majeur.

 

Je suis inquiète pour son avenir. J’espère qu’il ne commettra pas d’actes délictueux. Si tel était le cas, j’ai un dossier accablant pour tous ceux qui n’ont pas voulu entendre, durant toutes ces années.

  

 

Michelle



27/09/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 15 autres membres